La bataille de la Marne

 

Depuis le début de la guerre, les  troupes alliées se replient sans cesse, mais en en ordre, après leur défaite sur les frontières.

Le 2 septembre 1914, des aviateurs découvrent que la Ie armée allemande, la plus à l'ouest,  infléchit son offensive vers le sud au lieu de se diriger vers Paris. L'idée stratégique allemande est d'envelopper les cinq armées étalées des Vosges à la Brie pour les contourner par le Sud. 

 

La  Iere armée de Von Klück a déjà traversé la Marne entre Trilport et la Ferté-sous-Jouarre et dépassera Coulommiers et La Ferté-Gaucher.

La VIe Armée française, nouvellement créée, se concentre au nord-ouest de Meaux jusqu'à Nanteuil-le-Haudouin pour la défense de Paris. Dans l'après-midi du 5 septembre elle contre-attaque le flanc droit de l'armée allemande qui s'étire sur la route de Senlis à Meaux.

La bataille de l'Ourcq

La bataille qui aura lieu jusqu'au 12 septembre 1914, prend le nom de Bataille de l'Ourcq (ou du Multien) dans la zone située au nord de Meaux.

 

Dès la fin de la bataille, la zone a fait l'objet de mémoriaux divers et, par sa proximité de Paris, d'un tourisme patriotique.

Sur un monticule entre St Soupplets et Monthyon, une stèle rappelle le premier tir de canon.

 

De cet endroit

le 5 septembre 1914 à 12h30

a été tiré

par une pièce Allemande de 77

le premier obus

qui a marqué le début

de la bataille de la Marne

Les mémoriaux de la bataille de L'Ourcq

Cliquer sur un signet de la carte ou sur le sous menu à droite